La restructuration de l'espace microfinancier du Kivu (Est R D Congo)

Pistes d'une intermédiation efficace
Première édition

L’efficacité de la microfinance, considérée comme mode de financement des exclus de la finance classique, peut être évaluée en terme de pérennité de financement et d’adéquation de celui-ci aux besoins des clients. Cette démarche quasi absente de la littérature est au centre de cette étude qui propose une relecture de la théorie financière des organisations. Grâce à l’approche qualitative, les rationalités des principaux stakeholders sont analysées et la pertinence relativement contextuelle des indicateurs de performance est discutée. L’approche quantitative tente de modéliser le comportement des emprunteurs et des prêteurs au Kivu en s’appuyant sur les données collectées auprès de 31 IMF (Institutions de microfinance) et 260 de leurs clients pour la période allant de 1996 à 2002. Il ressort de notre étude que trop peu d’indicateurs classiques sont compatibles avec les réalités du Kivu. Le ratio de liquidité immédiate et la caution solidaire sont peu significatifs. Seul le portefeuille à risque explique les contre-performances souvent enregistrées par les IMF. Il fournit des résultats (= 11 %) supéieurs aux normes thériques (5 % pour un PaR30) mais significatifs au Kivu dans la mesure oùles crénces irréouvrables ne sont pas exclues des prês en retard de paiement, base thérique de déermination du ratio. Les IMF dont le PaR30 déasse 20 % s’nlisent dans le rationnement de créit et finissent souvent par cesser tout octroi de créit. En rèle gééale, les IMF du Kivu ne mobilisent pas suffisamment l’éargne locale et n’ccèent pas aux fonds commerciaux. La restructuration de l’space microfinancier local passe par l’nstitutionnalisation des organisations qui fonctionnent de manièe professionnelle. Ceci leur permettra d’ccéer àl’éargne du public et au refinancement auprè des banques commerciales parfois en situation de sur-liquiditéfaiblement réunéé. Àcette occasion, tous les stakeholders peuvent tirer parti de l’inversion du cycle d’intermédiation financière (c’est-à-dire l’octroi des microcrédits plus rentables à partir des crédits bancaires à long terme) par les IMF. Nos investigations mettent enfin en exergue d’intéressantes pistes d’économies d’échelle à l’aide des fusions possibles entre quelques organisations de microfinance du Kivu.


Livre broché - 21,70 €
Info Les commandes en ligne se font via notre partenaire i6doc.

Spécifications


Éditeur
Presses universitaires de Louvain
Partie du titre
Numéro 515
Auteur
Frédéric Kalala Tshimpaka,
Collection
Thèses de la Faculté des sciences économiques, sociales, politiques et de communication
Langue
français
Catégorie (éditeur)
Sciences économiques et sociales
BISAC Subject Heading
BUS000000 BUSINESS & ECONOMICS
Code publique Onix
06 Professional and scholarly
CLIL (Version 2013-2019 )
3283 SCIENCES POLITIQUES
Date de première publication du titre
01 janvier 2006
Subject Scheme Identifier Code
Classification thématique Thema: Sciences politiques et théorie
Type d'ouvrage
Thèse

Livre broché


Details de produit
1 Couverture pelliculée
Date de publication
01 janvier 2006
ISBN-13
978-2-87463-052-1
Ampleur
Nombre de pages de contenu principal : 286
Code interne
75019
Format
16 x 24 x 1,6 cm
Poids
463 grammes
Prix
21,70 €
ONIX XML
Version 2.1, Version 3

Google Livres Aperçu


Publier un commentaire sur cet ouvrage

Si vous avez une question, utilisez plutôt notre formulaire de contact

Sommaire


REMERCIEMENTS................................................................................................................................................................... II

LISTE DES SIGLES ET DES ABREVIATIONS......................................................................................................................VIII

LISTE DES TABLEAUX ............................................................................................................................................................X

LISTE DES FIGURES ET DES ENCADRES ............................................................................................................................XI

INTRODUCTION GENERALE .................................................................................................................................................. 1

0.1. MOTIVATION DE LA RECHERCHE............................................................................................................................. 2

0.2. SPECIFICITE CONTEXTUELLE DU KIVU.................................................................................................................... 4

0.3. OBJET DE RECHERCHE............................................................................................................................................. 5

0.4. OBJECTIFS ET PRINCIPALES CONTRIBUTIONS DE L’ETUDE ................................................................................ 7

A. Au plan théorique.............................................................................................................................8

B. Au plan pratique et méthodologique ..............................................................................................10

0.5. CANEVAS DE L’ETUDE............................................................................................................................................. 11

CHAPITRE 1 L’INTERMEDIATION FINANCIERE EN FAVEUR DES MICRO-ENTREPRISES ............................................. 13

Introduction .........................................................................................................................................13

1.1. L’INVENTAIRE CRITIQUE DES MECANISMES DE FINANCEMENT DES MICRO-ENTREPRISES ........................ 14

1.1.1. Le secteur financier informel (SFI) ...........................................................................................14

A. L’épargne coutumière ................................................................................................................15

B. Les garde-monnaies...................................................................................................................15

C. Les prêteurs individuels ou usuriers ou clubs d’amis...............................................................16

D. Les financières ...........................................................................................................................16

E. Les tontines ...............................................................................................................................17

1.1.2. Le secteur financier formel (SFF).............................................................................................20

A. Les expériences des micro-banques issues des pratiques informelles...................................20

B. Les expériences de transformation d’institutions financières classiques en institutions de microfinance.............................21

a) La mobilisation de l’épargne de leurs clients........................................................................22

b) La capacité d’innovation de l’institution financière ...............................................................23

1.1.3. Le secteur financier semi - formel ou intermédiaire ................................................................23

A. Les Coopératives d’Epargne et de Crédit (COOPEC)..............................................................24

a) La collecte de l’épargne.........................................................................................................25

b) L’octroi du crédit.....................................................................................................................26

c) La détermination des taux d’intérêt .......................................................................................28

B. Les Organisations Non-Gouvernementales à vocation financière..........................................30

a) Phase de recherche - écoute ................................................................................................31

b) Phase de recherche - action..................................................................................................31

1.2. LA MICROFINANCE ET LES DIVERS RISQUES DU SECTEUR............................................................................... 32

1.2.1. Clarification conceptuelle de la microfinance...........................................................................32

A. La taille des transactions ...........................................................................................................34

B. Le champ d’activités et la gamme des produits........................................................................35

C. La nature particulière de l’institution mise en place..................................................................37

1.2.2. Les principaux risques en microfinance...................................................................................37

1.3. LE RATIONNEMENT DE CREDIT EN MICROFINANCE............................................................................................ 40

1.3.1. Le rationnement de déséquilibre dit temporaire .....................................................................41

1.3.2. Le rationnement d’équilibre dit permanent .............................................................................41

A. Type 1 : Crédit offert inférieur au Crédit demandé ...................................................................41

B. Type 2 : Exclusion de certains emprunteurs.............................................................................42

C. Type 3 : Exclusion des seuls emprunteurs plus risqués (rationnement au sens faible).........43

1.4. LA RIGUEUR ET LE PROFESSIONNALISME EN MICROFINANCE ......................................................................... 44

1.4.1. Les fondements de la rigueur requise par la microfinance .....................................................44

1.4.2. La dynamique de professionnalisation des programmes de microfinance ............................45

A. La phase de démarrage.............................................................................................................45

B. La phase d’expansion ................................................................................................................46

C. La phase de consolidation.........................................................................................................46

D. La phase d’intégration................................................................................................................46

1.5. L’INSTITUTIONNALISATION DES ORGANISATIONS ACTIVES EN MICROFINANCE............................................ 47

A. L’approche « upgrading » ..........................................................................................................48

B. L’approche « downgrading » .....................................................................................................50

Conclusion ..........................................................................................................................................52

CHAPITRE 2 LE FINANCEMENT DES MICRO-ENTREPRISES DU KIVU .......................................................................... 53

Introduction .........................................................................................................................................53

2.1. ETAT DE LIEU DU SYSTEME FINANCIER ET OFFRE DE MICROCREDIT AU KIVU.............................................. 53

2.1.1. Le secteur financier formel traditionnel....................................................................................53

A. Les banques commerciales .......................................................................................................54

B. Les banques de développement ...............................................................................................54

C. Les institutions financières formelles spécialisées...................................................................55

2.1.2. Le secteur de la microfinance au Kivu ....................................................................................57

A. Les coopératives d’épargne et de crédit ...................................................................................59

a) La législation congolaise sur les coopératives d’épargne et de crédit ................................59

b) L’évolution des coopératives traditionnelles au Kivu............................................................60

B. Les tontines ...............................................................................................................................65

C. Les organisations non gouvernementales et autres institutions de crédit solidaire................66

2.2. DETERMINATION DE BESOINS EN FONDS DE ROULEMENT DES MICRO-ENTREPRISES DU KIVU............... 68

2.3. L’INADEQUATION DU CREDIT AUX BESOINS REELS DES MICRO-ENTREPRISES DU KIVU............................. 73

2.3.1. Mix financier des micro-entreprises du Kivu............................................................................73

2.3.2. Problème d’adéquation de montants des prêts et de leurs échéances aux besoins de financement..............................77

2.3.3. Facteurs limitant les fonds prêtables........................................................................................79

A. La dépendance des subventions...............................................................................................79

B. Les obstacles à la mobilisation de l’épargne domestique ........................................................81

a) L’émiettement et la mobilisation sous-optimale de l’épargne domestique..........................81

b) L’interdiction légale de collecter l’épargne domestique .......................................................84

2.3.4. Le manque de rigueur et de professionnalisme ......................................................................84

Conclusion ..........................................................................................................................................87

CHAPITRE 3 LES FONDEMENTS THEORIQUES DE L’EFFICACITE DE LA MICROFINANCE........................................... 88

Introduction .........................................................................................................................................88

3.1. LES THEORIES FONDEES SUR L’ASYMETRIE DE L’INFORMATION ................................................................... 89

3.1.1. Les prêts groupés à base de caution solidaire........................................................................90

A. Les acquis des prêts de groupe de caution solidaire ...............................................................90

a) La sélection de bons risques.................................................................................................91

b) La maîtrise du risque de défaut.............................................................................................91

c) La réduction des coûts du crédit............................................................................................92

d) La possibilité d’accroissement du montant des prêts...........................................................92

B. Les conditions d’efficacité du crédit solidaire et ses limites ....................................................92

a) L’initiative de la formation et la validation du groupe ...........................................................92

b) La taille optimale du groupe ..................................................................................................93

c) La mobilité spatiale des membres.........................................................................................93

3.1.2. Le contrat de dette standard.....................................................................................................93

A. La spécification du modèle et nature du risque moral..............................................................94

B. La forme optimale du contrat de prêt, les activités de contrôle et les stratégies optimales ....................94

3.1.3. Les incitations dynamiques et autres facteurs.........................................................................98

A. Les incitations dynamiques........................................................................................................98

B. Certains facteurs culturels et religieux ......................................................................................98

C. La pré-défaillance......................................................................................................................99

D. Le “credit scoring” ....................................................................................................................100

3.1.4. Le recours à une centrale des risques...................................................................................101

3.2. LA THEORIE DE LA REPRESSION FINANCIERE ................................................................................................... 102

3.2.1. Différents types d’équilibres et rationalités des « stakeholders » sur le marché .................104

3.2.2. Détermination des taux d’intérêt en microfinance .................................................................106

3.2.3. Différentiel des taux et efficacité productive en microfinance...............................................106

3.3. LA THEORIE DES COUTS DE TRANSACTION...................................................................................................... 108

3.3.1. L’origine et les facteurs influençant les coûts de transaction................................................109

A. La spécificité des actifs ........................................................................................... ................109

B. L’incertitude ..............................................................................................................................110

C. La fréquence des transactions ................................................................................................111

3.3.2. Les possibilités organisationnelles d’économiser sur les coûts de transaction et la sélection des emprunteurs....................111

A. La hiérarchie............................................................................................................................111

B. Le marché................................................................................................................................112

3.3.3. L’ébauche d’une mesure concrète des coûts de transaction................................................113

3.3.4. Les coûts de transaction, l’efficacité productive et la viabilité institutionnelle......................115

A. L’amélioration de la mesure de l’efficacité productive............................................................115

B. La viabilité institutionnelle ........................................................................................................118

a) Le suivi de la qualité du portefeuille....................................................................................118

b) La structure financière permettant la sécurisation de l’activité ..........................................119

3.4. LA THEORIE DES DROITS DE PROPRIETE ET LA GOUVERNANCE EN MICROFINANCE ............................... 121

3.4.1. La gouvernance, la conflictualité des intérêts et la prévention des risques.........................121

A. La viabilité sociale externe.......................................................................................................123

a) La transformation des statuts des organisations de microfinance.....................................123

b) La mise en place des structures faîtières ou centrales de la microfinance.......................124

B. La viabilité sociale interne........................................................................................................125

a) La fragilité du système de caution solidaire........................................................................125

b) La constitution d’un actionnariat focalisé sur l’atteinte des objectifs de l’institution .........126

3.4.2. Définition et catégorisation des droits de propriété ...............................................................127

3.4.3. Théorème de Coase et problèmes d’efficacité des organisations de microfinance ............128

3.4.4. Les limites de la théorie des droits de propriété....................................................................131

3.4.5. La bonne gouvernance et quelques hypothèses théoriques ................................................133

Conclusion ........................................................................................................................................136

CHAPITRE 4 L’EVALUATION DES PERFORMANCES DES ORGANISATIONS DE MICROFINANCE DU KIVU .............. 137

Introduction .......................................................................................................................................137

4.1. REVUE DE LA LITTERATURE ET MISE EN CONTEXTE........................................................................................ 138

4.2. LES DONNEES, LE MODELE ET LA METHODOLOGIE D’ESTIMATION ............................................................... 141

4.2.1. Description des données et de l’échantillon ..........................................................................141

4.2.2. Le modèle et les méthodes d’estimation................................................................................145

4.3. LES RESULTATS ECONOMETRIQUES.................................................................................................................. 147

4.3.1. Modèle autorégressif du crédit et modèle à retards échelonnés..........................................148

4.3.2. Modèle basé sur la méthode instrumentale GMM.................................................................149

4.3.3. L’analyse des effets individuels sur les organisations de microfinance ...............................155

A. Les organisations à coefficients statistiquement significatifs .................................................156

B. Les organisations à coefficients non significativement différents de zéro.............................160

4.3.4. Résultats par catégorie d’organisations et par zones géographiques..................................163

A. Analyse par catégories d’organisations ..................................................................................164

B. Analyse par zone géographique..............................................................................................168

Conclusion ........................................................................................................................................16

INTERMEDIATION EFFICACE............................................................................................................................................. 170

Introduction .......................................................................................................................................170

5.1. LES ENJEUX DE L’INSTITUTIONNALISATION ....................................................................................................... 171

5.1.1. Les possibilités réglementaires d’institutionnalisation...........................................................172

A. La catégorisation des institutions selon l’instruction n°1 et les atouts réglementaires.........172

a) La caisse de la microfinance ...............................................................................................173

b) L’entreprise de microcrédit ..................................................................................................174

c) La société de microfinance ..................................................................................................175

B. Les principales limites de l’instruction n°1 ..............................................................................176

a) La non réglementation des taux d’intérêt............................................................................177

b) Les services d’informations sur la solvabilité des emprunteurs ou notation de crédit......179

c) La fiscalité des IMF ..............................................................................................................180

5.1.2. Les pistes d’un actionnariat axé sur l’efficacité .....................................................................181

A. La mise en place d’un actionnariat privé.................................................................................181

a) Le dilemme de la conversion des subventions en capital propre......................................181

b) La conversion de certains clients et tiers intéressés en actionnaires................................182

c) Les enjeux de prises de participations – principalement par les groupes bancaires........185

B. Vers un pacte d’actionnaires pour les sociétés de microfinance du Kivu..............................186

5.2. LES MODALITES PRATIQUES DE L’INSTITUTIONNALISATION ........................................................................... 187

5.2.1. L’ « upgrading » à l’épreuve des faits ....................................................................................188

A. L’institutionnalisation des organisations à taille optimale.......................................................188

B. L’institutionnalisation par fusions ou absorptions des organisations de microfinance..........191

a) La fusion de BAEF et du PAIF au Nord-Kivu......................................................................192

b) La fusion de COODEFI et COOFICO .................................................................................194

c) La fusion du PLD et de ASOP.............................................................................................195

C. Le renforcement des capacités d’intermédiation dû aux dettes à long terme.......................200

a) Les opportunités de l’émission d’emprunts obligataires ....................................................201

b) L’accessibilité des crédits bancaires à long terme .............................................................203

5.2.2. L’institutionnalisation par « downgrading »............................................................................204

A. Identification des spécificités de l’Union de Banques Congolaises .......................................205

B. Les atouts et limites de la fusion l’Union de Banques Congolaises et la Mutuelle d’Epargne et de Crédit de Goma ....................206

Conclusion ........................................................................................................................................209

CONCLUSION GENERALE.................................................................................................................................................. 210

BIBLIOGRAPHIE................................................................................................................................................................... 217

ANNEXES ............................................................................................................................................................................. 227