Quelles pratiques didactiques pour favoriser la transition secondaire-université ?

Gros plan sur les programmes du 3e degré de l'enseignement secondaire de transition
Première édition

Les pratiques didactiques destinées à favoriser la transition secondaire-université sont interrogées par la question délicate du rapport au savoir. La dualité « tête bien faite » et « tête bien pleine » continue ainsi à passionner les... Lire la suite

La transition entre l'enseignement secondaire et l'enseignement supérieur pose des questions fondamentales de sens et de valeurs. Qu'est-ce qui fait que certains jeunes ont envie de poursuivre leurs études et d'autres non ? Quels facteurs ont influencé cette disposition ? Quels sont les liens entre rapport au savoir, rapport aux autres et rapport à soi ? Le champ disciplinaire, la maitrise du langage, la situation sociodémographique, le parcours des ascendants, le trajet et le projet de vie sont autant d'éléments qui entrent en compte pour le meilleur et parfois pour le pire dans ce moment crucial du jeune en formation.

Dans ces conditions, les pratiques didactiques destinées à favoriser la transition secondaire-université sont appelées – particulièrement dans la phase terminale de l'enseignement secondaire – à se laisser interroger par la question délicate du rapport au savoir. Celui-ci, quelle que soit la discipline envisagée – de l'histoire au français en passant par l'éducation physique, les sciences religieuses, les langues modernes et anciennes, la géographie et les technologies –, n'est pas seulement affaire de connaissances « transversales » et de rapport à un projet d'études. Il requiert tout aussi bien des compétences disciplinaires qui aident l'individu à se construire dans un rapport adéquat à des types de savoir spécifiques. Il mobilise aussi le gout de reculer les frontières de la connaissance en vue de mettre ses contenus et les compétences où ils s'intègrent au service de l'individu et de la société.

La dualité de la « tête bien faite » et de la « tête bien pleine » continue ainsi à passionner les didacticiens, dont on trouvera les travaux ici réunis par Jean-Louis Dufays, Marie-Laurence De Keersmaecker et Alain Meurant, tous trois professeurs à l’Université catholique de Louvain.


La transition entre l'enseignement secondaire et l'enseignement supérieur pose des questions fondamentales de sens et de valeurs. Qu'est-ce qui fait que certains jeunes ont envie de poursuivre leurs études et d'autres non ? Quels facteurs ont influencé cette disposition ? Quels sont les liens entre rapport au savoir, rapport aux autres et rapport à soi ? Le champ disciplinaire, la maitrise du langage, la situation sociodémographique, le parcours des ascendants, le trajet et le projet de vie sont autant d'éléments qui entrent en compte pour le meilleur et parfois pour le pire dans ce moment crucial du jeune en formation.

Dans ces conditions, les pratiques didactiques destinées à favoriser la transition secondaire-université sont appelées – particulièrement dans la phase terminale de l'enseignement secondaire – à se laisser interroger par la question délicate du rapport au savoir. Celui-ci, quelle que soit la discipline envisagée – de l'histoire au français en passant par l'éducation physique, les sciences religieuses, les langues modernes et anciennes, la géographie et les technologies –, n'est pas seulement affaire de connaissances « transversales » et de rapport à un projet d'études. Il requiert tout aussi bien des compétences disciplinaires qui aident l'individu à se construire dans un rapport adéquat à des types de savoir spécifiques. Il mobilise aussi le gout de reculer les frontières de la connaissance en vue de mettre ses contenus et les compétences où ils s'intègrent au service de l'individu et de la société.

La dualité de la « tête bien faite » et de la « tête bien pleine » continue ainsi à passionner les didacticiens, dont on trouvera les travaux ici réunis par Jean-Louis Dufays, Marie-Laurence De Keersmaecker et Alain Meurant, tous trois professeurs à l’Université catholique de Louvain.


Livre broché - 16,00 €
PDF (PDF) - 9,99 €
Info Les commandes en ligne se font via notre partenaire i6doc.

Spécifications


Éditeur
Presses universitaires de Louvain
Édité par
Jean-Louis Dufays, Mme Marie-Laurence De Keersmaecker, Alain Meurant,
Collection
CRIPEDIS (Centre de recherche interdisciplinaire sur les pratiques enseignantes et les disciplines scolaires)
Langue
français
Catégorie (éditeur)
Psychologie et éducation > Education et pédagogie
BISAC Subject Heading
EDU000000 EDUCATION
Code publique Onix
06 Professional and scholarly
CLIL (Version 2013-2019 )
3013 PARASCOLAIRE
Description public visé
Enseignants du secondaire et universitaires, didacticiens, psychopédagogues
Date de première publication du titre
01 janvier 2011
Subject Scheme Identifier Code
Classification thématique Thema: Enseignement : guides d’étude et de révision
Qualificateur de niveau scolaire Thema:
Type d'ouvrage
Actes de colloque
Avec
Bibliographie

Livre broché


Details de produit
1 Couverture pelliculée
Date de publication
01 janvier 2011
ISBN-13
978-2-87463-249-5
Ampleur
Nombre de pages de contenu principal : 180
Dépôt Légal
D/2010/9964/48
Code interne
83865
Format
16 x 24 x 1 cm
Poids
300 grammes
Prix
16,00 €
ONIX XML
Version 2.1, Version 3

PDF


Details de produit
1 PDF
Date de publication
01 janvier 2011
ISBN-13
978-2-87463-608-0
Ampleur
Nombre de pages de contenu principal : 180
Dépôt Légal
D/2010/9964/48
Code interne
83865PDF
Prix
10,00 €
ONIX XML
Version 2.1, Version 3

Google Livres Aperçu


Publier un commentaire sur cet ouvrage

Si vous avez une question, utilisez plutôt notre formulaire de contact

Sommaire


Les auteurs 5
Chap. 1. Cadrage 7
La transition en questions - Jean-Louis Dufays 9
1. Le CRIPEDIS en deux mots... 9
1.1. Un peu d'histoire 9
1.2. Des enjeux et des axes de recherche 9
2. Pourquoi s’interroger sur la transition ? 10
Le défi de la transition secondaire-université - André Cobbaert 13
Les enjeux des pratiques didactiques au regard de la transition entre le secondaire et l’université - Marc Romainville 17
1. Un contexte de « libre accès » 17
2. Les facteurs de réussite dans l’enseignement supérieur 19
3. Impact des pratiques didactiques sur la transition 22
3.1. Une meilleure articulation entre prérequis et préacquis 23
3.2. La consolidation de la motivation de l’étudiant 25
3.3. La construction d’un rapport au savoir adéquat 26
Les programmes du troisième degré de transition de la Fédération de l’enseignement secondaire catholique - José Soblet 29
1. Les programmes écrits dans la foulée du décret « Missions » 29
1.1. Une question jamais vraiment vidée : les compétences terminales et savoirs communs sont-ils une clôture d’un processus ou la préparation à un autre ? 29
1.2. Un cadre contraignant pour l’écriture des programmes 29
1.3. Les attentes du supérieur sont davantage fantasmées par les enseignants du secondaire que formellement exprimées 30
1.4. Une définition de programme mal adaptée 30
1.5. Un concept d’approche par compétences peu clair et pour le moins polémique 31
1.6. Une volonté de conformité à ce concept peu clair 31
1.7. Les niveaux de maitrise des compétences terminales et savoirs communs sont insuffisamment précisés 31
1.8. Il y a un écart beaucoup trop important (4 ans) entre les socles de compétences et les compétences terminales 32
1.9. Les compétences et leur évaluation : un problème qui reste entier et qui a conditionné la pédagogie plus que de raison 32
1.10. Le problème des référentiels encyclopédiques et les choix opérés par les différents réseaux 32
2. L’enquête 2005-2006 et la réécriture de certains programmes 33
2.1. Le travail d’Éric Mangez et la réflexion sur les pédagogies visibles et invisibles 33
2.2. Une large enquête auprès des enseignants de transition 33
2.3. Le développement d’une méthodologie d’écriture des programmes 34
2.4. Une volonté : proposer aux enseignants un outil conforme (les programmes sont approuvés par le Gouvernement), facilement compréhensible, dépouillé de « jargon », leur permettant de mieux cerner
les contenus à transmettre et leur articulation avec les compétences à développer, en privilégiant la variété des approches didactiques 34
Chap. 2. Les programmes de langues modernes et de langues anciennes
Table ronde coordonnée par F. Meunier & A. Meurant 37
Participants 37
Introduction 37
1. Langues modernes et langues anciennes : convergences et divergences (Alain Meurant) 38
2. Quels sont les difficultés et les acquis constatés chez les étudiants de 1re année de bachelier ? 42
2.1. Parole donnée aux étudiants en langues modernes (Fanny Meunier) 42
2.2. Compréhension à l’audition en langues modernes : quelques pistes de réflexion (Sylviane Granger) 45
3. Quelles spécificités et quelles potentialités les programmes actuels présentent-ils au regard de la transition secondaire-université ? 47
3.1. En langues anciennes : réponse d’Alain Meurant 47
3.2. En langues anciennes : réponse d’Élie Borza 52
3.3. En langues modernes : réponse de Joël Biot 55
4. Quelles pratiques didactiques concrètes peut-on préconiser en 6e secondaire pour favoriser la réussite à l’université ? 57
4.1. En langues modernes : réponse de Nicole Bya 57
4.2. En langues anciennes : réponse de Francis Littré 59
Chap. 3. Les programmes de religion et d’éducation physique
Table ronde coordonnée par G. Carlier & B. Wiame 63
Participants 63
1. Quels sont les difficultés et les acquis constatés chez les étudiants de 1re année de bachelier ? 63
1.1. En religion : réponse d’Arnaud Join-Lambert 63
1.2. En éducation physique : réponse de Cécile Delens 65
2. Quelles spécificités et quelles potentialités les programmes actuels présentent-ils au regard de la transition secondaire-université ? 67
2.1. En religion : réponse de Myriam Gesché 67
2.2. En éducation physique : réponse de Jean-Michel Daele 69
2.3. En religion : réponse de Vanessa Patigny 70
2.4. En éducation physique : réponse de Dominique Bauwin 72
3. Quelles pratiques didactiques concrètes peut-on préconiser en 6e secondaire pour favoriser la réussite à l’université ? 74
3.1. En religion : réponse de Bernadette Wiame 74
3.2. En éducation physique : réponse de Ghislain Carlier 77
Chap. 4. Les programmes de sciences et de mathématiques
Table ronde coordonnée par M. De Kesel, C. Hauchart, J. Lega,
J. Plumat, Y. Scieur & B. Tinant 81
Participants 81
1. Quels sont les difficultés et les acquis constatés chez les étudiants de 1re année de bachelier ? 82
1.1. En mathématiques : réponse de Marielle Cherpion 82
1.2. En chimie : réponse de Bernard Tinant 82
1.3. En biologie : réponse d’André Lejeune 83
1.4. En physique : réponse de Jacques Lega 84
2. Quelles spécificités et quelles potentialités les programmes actuels présentent-ils au regard de la transition secondaire-université ? 85
2.1. En mathématiques : réponse de Françoise Van Dieren 85
2.2. En mathématiques : réponse de Dany Legrand 86
2.3. En sciences : réponse de Philippe Cappelle 87
2.4. En physique : réponse d’Emmanuel Thiran 88
2.5. En biologie et en chimie : réponse de Martine Delvigne et Myriam De Kesel 90
3. Quelles pratiques didactiques concrètes peut-on préconiser en 6e secondaire pour favoriser la réussite à l’université ? 91
3.1. En mathématiques : réponse de Dany Legrand 91
3.2. En mathématiques : réponse de Christiane Hauchart 92
3.3. En physique : réponse d’Emmanuel Thiran 93
3.4. En physique : réponse de Jim Plumat 95
3.5. En biologie : réponse de Myriam De Kesel 96
Chap. 5. Les programmes de français et d’histoire de l’art
Table ronde coordonnée par J.-L. Dufays & M.-É. Ricker 99
Participants 99
1. Quels sont les difficultés et les acquis constatés chez les étudiants de 1re année de bachelier ? 100
1.1. En français : réponse de Sébastien Marlair 100
1.2. En histoire de l’art : réponse de Laurent Verslype 101
2. Quelles spécificités et quelles potentialités les programmes actuels présentent-ils au regard de la transition secondaire-université ? 103
2.1. En français : réponse de Jean-Luc Van Schepdael 103
2.2. En français : réponse d’Anne-Françoise Jans 106
2.3. En français : réponse de Jean-Louis Dufays 107
2.4. En histoire de l’art : réponse de Claire-Hélène Blanquet 109
2.5. En histoire de l’art : réponse de Marie-Émilie Ricker 110
3. Quelles pratiques didactiques concrètes peut-on préconiser en 6e secondaire pour favoriser la réussite à l’université ? 112
3.1. En français : réponse de Sébastien Marlair 112
3.2. En histoire de l’art : réponse de Laurent Verslype 113
3.3. En français : réponse d'Anne-Françoise Jans 114
3.4. En histoire de l’art : réponse de Claire-Hélène Blanquet 115
3.5. En français : réponse de Jean-Luc Van Schepdael 116
3.6. En français : réponse de Jean-Louis Dufays 116
3.7. En histoire de l’art : réponse de Marie-Émilie Ricker 118
Chap. 6. Les programmes d’histoire et de géographie
Table ronde coordonnée par M.-L. De Keersmaecker & J.-L.Jadoulle 121
Participants 121
1. Quels sont les difficultés et les acquis constatés chez les étudiants en 1re année de bachelier ? 121
1.1. En géographie : réponse de Marie-Laurence De Keersmaecker 121
1.2. En histoire : réponse de Françoise Van Haeperen 122
2. Quelles spécificités et potentialités les programmes actuels de géographie & d’histoire présentent-ils au regard de la transition secondaire-université ? 124
2.1. Réponse de Marc Deprez 124
2.2. En géographie : réponse de Françoise Minet-Dermine 126
2.3. En géographie : réponse de Marie-Laurence De Keersmaecker 127
2.4. En histoire : réponse de Jean-Louis Jadoulle 129
3. Quelles pratiques didactiques concrètes peut-on préconiser en 6e secondaire pour favoriser la réussite à l’université ? 130
3.1. Réponse de Marc Deprez 130
3.2. En géographie : réponse de Françoise Minet-Dermine 131
3.3. En géographie : réponse de Marie-Laurence De Keersmaecker 133
3.4. En histoire : réponse de Jean-Louis Jadoulle 134
Chap. 7. La place des technologies de l’information
et de la communication
Table ronde coordonnée par M. Lebrun et S. Bachy 137
Participants 137
1. Introduction générale 137
2. Des technologies pour soutenir le développement des compétences des étudiants (Marcel Lebrun) 138
2.1. Introduction : rapports entre les TIC et la pédagogie 138
2.2. Une place centrale au dispositif pédagogique 140
2.3. Vers l’évaluation des valeurs ajoutées des TIC 142
2.4. Conclusions 143
3. Une pratique technologique utilisée pour gérer les grands groupes : iCampus (Bernard Mahieu) 144
3.1. Comment inciter les étudiants à utiliser iCampus ? 145
3.2. Les ressources principales de notre site sont les suivantes : 145
3.3. Conclusion 146
4. La place des TIC dans l’enseignement secondaire (Michèle Hallot) 146
5. « Hélios » : un serveur pédagogique interactif pour l’enseignement des langues anciennes à distance (Alain Meurant) 148
6. Utilisation de la technique du screencast pour les problèmes en sciences (Dominique Lambert) 154
7. Transition entre le secondaire et l’enseignement supérieur et technologies : partage de pratiques (Sylviane Bachy) 158
7.1. Pourquoi utiliser les technologies en 1re année de bachelier ? 159
7.2. La transition secondaire-supérieur et les technologies 159
7.3. Quel impact sur l’apprentissage des étudiants ? 160
Chap. 8. Témoignages conclusifs 161
Le rapport au (x) savoir (s) en question - Patrice Venturini 163
Au-delà de quelques distinctions - Jean-Paul Laurent 169
1. La distinction compétences disciplinaires/ compétences transversales 169
2. La distinction compétences/connaissances entrainée par l’opposition entre finaliser et didactiser 170
3. Objets et projets : une stratégie d’apprentissage par enchâssement de compétences 171
4. La distinction savoirs désintéressés/savoirs instrumentalisés 172
5. Conclusions 173
Table des matières 175