Clinique de l'humanisation à l'épreuve des traumatismes extrêmes cumulés à l'exil

De la torture déshumanisante à une psychanalyse de la réhumanisation

L'auteur explore comment la non-rencontre entre un sujet en trauma et en exil et ses interlocuteurs supposés lui porter secours est susceptible d’entretenir, voire de renforcer le processus de déliaison avec Soi, les autres et le monde, processus initié lors des vécus extrêmes au pays et durant le souvent très dangereux parcours de fuite. Lire la suite

Partant d'une expérience clinique intensive s’étalant sur une dizaine d’années, l’auteur explore comment la non-rencontre entre un sujet en trauma et en exil et ses interlocuteurs supposés lui porter secours est susceptible d’entretenir, voire de renforcer le processus de déliaison avec Soi, les autres et le monde, processus initié lors des vécus extrêmes au pays et durant le souvent très dangereux parcours de fuite. Ces développements ouvriront sur une métapsychologie de l’étayage, de la reconnaissance de l’altérité, de la responsabilité et de l’intersubjectivité.
Comme développé en fin de travail, cette proposition métapsychologique n’est pas sans conséquences, ni pour la pensée et la pratique cliniques, ni pour la façon de penser et de pratiquer l’accueil du sujet en trauma et en exil.


Livre broché - 32,00 €
Info Les commandes en ligne se font via notre partenaire i6doc.

Spécifications


Éditeur
Presses universitaires de Louvain
Auteur
Emmanuel Declercq,
Collection
Thèses de la Faculté de psychologie et des sciences de l'éducation
Langue
français
Catégorie (éditeur)
Psychologie et éducation > Psychanalyse
Catégorie (éditeur)
Psychologie et éducation > Psychologie clinique
Catégorie (éditeur)
Psychologie et éducation
BISAC Subject Heading
PSY007000 PSYCHOLOGY / Clinical Psychology
BIC subject category (UK)
JM Psychology
Code publique Onix
06 Professional and scholarly
CLIL (Version 2013 )
3134 Psychologie > 3918 Psychanalyse
Date de première publication du titre
19 décembre 2018
Type d'ouvrage
Thèse

Livre broché


Details de produit
1 Couverture pelliculée
Date de publication
19 décembre 2018
ISBN-13
978-2-87558-740-4
Ampleur
Nombre de pages de contenu principal : 438
Dépôt Légal
D/2018/9964/44 Louvain-la-Neuve, Belgique
Code interne
98123
Format
17 x 24 cm
Poids
735 grammes
Type de packaging
Aucun emballage extérieur
Prix
32,00 €
ONIX XML
Version 2.1, Version 3

Google Livres Aperçu


Publier un commentaire sur cet ouvrage

Si vous avez une question, utilisez plutôt notre formulaire de contact

Sommaire


Table des matières 7
Résumé 13
Abstract 13
Remerciements 15
Introduction générale 19
La rencontre inaugurale avec Monsieur D. Une explosion suffisamment intense
peut-elle rendre fou n'importe qui, comme le suggère Ferenczi ? 25
La rencontre avec l'Hilflosigkeit 29
1. Une clinique de l’extrême bouleversant les repères théoriques 30
2. Une clinique de l’exil 44
3. Une clinique de l’intersubjectivité et de la reliaison 54
Focus sur un cas emblématique : ma rencontre avec Monsieur D. 59
Premiers développements métapsychologiques 59
1. Nos premières rencontres 59
2. Eléments de biographie 62
3. Les phénomènes hallucinatoires. Premiers développements métapsychologiques 71
4. Scènes de l’in-humaine horreur 76
5. Hypothèses quant aux fantasmes fondamentaux de Monsieur D. 78
5.1 Le ressenti d’être souillé, avili, impur 83
5.2 La destruction des bons objets internes 86
5.3 La crainte et le désir d’effondrement, d’une non-existence 90
5.4 La fuite dans la folie, le désir et la peur de devenir fou 92
5.5 La rupture du lien social, la fin des illusions 93
5.6 La plus totale impuissance 94
5.7 La culpabilité, l’attente d’une punition inexorable 95
5.8 La désintrication des pulsions et la « pureté » de la pulsion de mort 96
5.9 Le sentiment d’être maudit, d’être abandonné par les dieux 99
5.10 La honte 100
6. Conclusion et ouverture sur le prochain chapitre 102
1. Une mise en résonance et en contraste de dix-sept autres « cas » 109
1.1 Martine 110
1.2 Pedro 112
1.3 Marie 116
1.4 Philippe 123
1.5 Nadia 125
1.6 Jean 129
1.7 Sabine 131
1.8 Fanny et Alexandre 132
1.9 Mayrbek 134
1.10 Muslim 136
1.11 Maryam 137
1.12 Sarah 139
1.13 Sourour 143
1.14 Stela 146
1.15 Mohammed 149
1.16 Sayadi 150
1.17 Ivan 153
2. En guise de synthèse théorique de ce chapitre et d’ouverture sur le prochain
chapitre 156
2.1 Proposition 1 : Le traumatisme est une rupture dans le sentiment de continuité
d’existence (Winnicott, 1958, [2015], p. 369) 156
2.2 Proposition 2 : Toute souffrance psychique et, mutatis mutandis, toute
structuration psychique humaine, seraient la conséquence d’un ratage, d’une
déficience, voire d’une carence de l’appareil à penser les pensées 157
2.3 Proposition 3 : Il y aurait dès lors une étiologie traumatique à toute souffrance
psychique et, mutatis mutandis, à tout devenir humain 158
2.4 Proposition 4 : Vers une « typologie » des traumatismes 159
2.5 Proposition 5 : L’épigenèse. La psychosomatique. Vers une troisième topique
de l’appareil psychique 161
2.6 Proposition 6 : Les traumatismes déstructurants survenant plus tard dans le
parcours de vie replongeraient le sujet dans un état similaire à celui du bébé
et/ou de l’adolescent 163
2.7 Proposition 7 : Tout traumatisme serait d’emblée, consubstantiellement,
traumatisme relationnel 163
Premier moment de synthèse en guise de conclusion de cette première partie 167
1. Le traumatisme est une rupture dans le sentiment de continuité d’existence,
susceptible d’initier un processus de déstructuration de la personnalité
psychique préalablement suffisamment unifiée 167
2. Du côté des neurosciences 176
3. La déstructuration psychique sous les coups et les après-coups traumatiques
initient l’installation de fantasmes fondamentaux Autres 182
3.1 L’affect d’angoisse de rentrer dans le néant. La plus totale impuissance. La
fuite dans la folie 183
3.2 La honte, la mélancolie et le sentiment d’être un mort vivant 186
3.3 La crainte d’une catastrophe imminente. L’attente angoissée d’une punition
inexorable. Le désir de punition 188
4. Sur le statut du délire, des hallucinations et des flash-back 189
5. Sur le statut des somatisations et des hallucinations. Sur une troisième topique
du fonctionnement psychique 194
6. Les expositions traumatiques extrêmes plongent le sujet adulte dans un état
similaire mais pas identique à l’état de bébé et/ou au passage adolescentaire 198
7. Premières considérations sur l’ontogénèse et la psychogénèse. Vers une
typologie des traumatismes 201
8. Sur le Réel, le fantasme et la réalité. Noch einmal : vers une approche
processuelle et dimensionnelle du fonctionnement psychique 207
9. Retour sur le cas de Monsieur D. La question de la psychose post-traumatique 211
9.1 Mise en résonance et en contraste de quelques théories concernant la
psychose post-traumatique 214
9.2 Quelles théories me semblent décrire le mieux l’être-au-monde de
Monsieur D. ? 219
9.3 Conclusion et ouverture sur le prochain point 223
10. Vers un dédoublement des catégories nosographiques canoniques. Vers une
approche de la psychopathologie comme attaque contre le sentiment de
responsabilité. Vers une métapsychologie de l’étayage, de l’altérité et de
l’intersubjectivité 226
Vers une métapsychologie de la reconnaissance, de l’étayage, de l’altérité et de
l’intersubjectivité 235
Considérations épistémologiques et méthodologiques 239
1. Entre anthropologie, psychanalyse, phénoménologie et neurosciences. Entre
théories et a-(anti-)théories. Plaidoyer pour un croisement entre plusieurs
méthodes et plusieurs champs épistémologiques 239
2. Sur le point de vue de l’observateur, sur la méthode du « cas unique », sur le
sens et l’hors-sens du psychodiagnostic 247
3. L’intersubjectivité et la Réalité de l’in-humaine barbarie en tant que faits
choisis 254
4. Le processus de pensée au fondement de ma thèse est en miroir du processus
opérant lors de la rencontre thérapeutique et lors de l’ontogénèse 256
Réflexions sur l’actuel malaise dans nos sociétés occidentales et sur l’impact de ce
malaise sur le psychisme d’un sujet en trauma et en exil 265
1. Les différentes épreuves du parcours d’exil 266
1.1 Les pertes ontiques 266
1.2 L’aventure, la très dangereuse route d’exil 268
1.3 La culpabilité du survivant 269
1.4 La confrontation avec la nouvelle terre d’accueil 270
1.5 La non-rencontre entre notre culture occidentale et la culture des sujets en
trauma et en exil 271
1.6 La coupure avec la famille restée au pays 273
1.7 La relation ambivalente avec les compatriotes en exil, la précarité identitaire 274
1.8 L’impartageable de l’in-humaine horreur, l’extrême solitude 275
1.9 La vie en centre d’accueil 276
1.10 L’ambivalence à l’égard de l’avocat supposé secourable. L’ambivalence,
voire le mépris de certains avocats pour leurs clients 280
1.11 Sur le statut du mensonge, « d’un discours qui ne serait pas du semblant »
(Lacan) 281
1.12 L’audition d’asile au CGRA, la défaillance du Nebenmensch ,la deuxième
personne supposée secourable 284
1.12.1 Quelques considérations sur la philosophie du droit d’asile 286
1.12.2 Quelques réflexions sur les dynamiques psychiques à l’oeuvre lors de
l’audition 288
1.12.3 La non-rencontre entre deux cultures 294
1.12.4 Conclusion 295
1.13 L’impact d’une décision négative 295
1.14 L’impact d’une décision positive 296
2. Vers une typologie de l’actuel malaise dans nos sociétés occidentales
contemporaines 296
2.1 La défiance 302
2.2 Une forme particulière de clivage 304
2.3 Un fonctionnement en faux self 307
2.4 La tendance des sujets à régresser dans la masse qui est une masse anonyme,
a-morale 308
2.5 Un fonctionnement en double bind 309
2.6 Une tonalité affective anxiodépressive 310
2.7 Quelques antidotes au malaise 310
3. Conclusion et ouverture sur les deux derniers chapitres 311
Vers une métapsychologie de l’étayage, de la reconnaissance de l’altérité, de la
responsabilité et de l’intersubjectivité 313
Vers une métapsychologie de l’étayage, de la reconnaissance de l’altérité, de la
responsabilité et de l’intersubjectivité 315
1. Sur la subjectivation, l’ontogénèse, la psychogénèse et la souffrance psychique
dans un référentiel neuroscientifique 317
1.1 Sur la subjectivité 318
1.1.1 La subjectivité en tant que processus méta-représentationnel (Georgieff) 319
1.1.2 La subjectivité en tant que self autobiographique (Damasio) 324
1.1.3 La subjectivité en tant que processus d’autorégulation des affects
(Schore) 330
1.2 La subjectivité est d’emblée intersubjectivité 334
1.3 La souffrance psychique dans le référentiel neuroscientifique esquissé 339
1.4 En guise de conclusion : le modèle de Speranza 343
2. La subjectivité, l’ontogénèse, la psychogénèse et la souffrance psychique au
départ de quelques théories psychanalytiques 345
3. Un bref retour à la clinique 352
4. Vers une métapsychologie de l’étayage et de la reconnaissance de l’altérité 355
5. Vers une métapsychologie de la responsabilité 361
En guise de conclusion : Considérations clinico-pratiques 367
1. La question du retour personnalisé. La rencontre psychothérapeutique en tant
que « fait social total » (Mauss) 369
2. Une clinique de l’affect 372
3. Prêter son corps et son psychisme au patient 377
4. La position du Nebenmensch, de la personne suffisamment secourable 379
4.1 Le thérapeute en tant que « mère suffisamment bonne » (Winnicott) 380
4.2 Une ouverture maximale au vécu de l’Autre 384
4.3 Le thérapeute en tant que « sujet supposé savoir » 386
4.4 Les interventions du thérapeute dans la réalité du patient 389
4.5 Sur le statut de l’attestation de suivi psychologique 391
4.6 Sur l’accompagnement en tant que personne de confiance lors de l’audition 393
4.7 La vision du thérapeute quant à l’in-humanité de la barbarie et l’humanité et
l’héroïque grandeur de l’homme 395
4.8 Sur l’authenticité et le statut du mensonge en psychothérapie 396
4.9 Un positionnement similaire mais pas identique au positionnement que je prends
dans ma clinique « classique » 400
5. Sur la centralité de l’interprète 402
6. Les possibles impasses de la psychothérapie et les frustrations du thérapeute 404
7. En guise de conclusion de ce travail et en guise d’ouverture 408
Annexe 1 : Attestation début de suivi Monsieur D. 415
Annexe 2 417
Annexe 3 419
Références bibliographiques 423